« On a besoin de quelqu’un qui nous ressemble »

Isabelle Houle isabelle.houle@tc.tc Publié le 19 octobre 2015

Paul Cloutier, Sylvain Charron et son épouse, Joanne Dauth lors du dévoilement des résultats électoraux dans Laurentides-Labelle.

©TC-Media Isabelle Houle

Sylvain Charron, candidat conservateur dans Laurentides-Labelle a quitté le Moe’s de Saint-Sauveur déçu de n’avoir récolté que 9% des votes, mais compte néanmoins rester actif dans le milieu.

« Je dois dire que je félicite M. Graham pour sa belle campagne, » affirme d’entrée de jeu Sylvain Charron.

Ce dernier le constate, le Québec demande du changement. « M. Harper a fait un bon travail, surtout au niveau économique. Toutefois, les gens ont parlé. Il y a toujours une place pour les conservateurs au Québec, mais on doit choisir quelqu’un qui nous ressemble, quelqu’un de l’Est peut-être.»

Questionné sur ses intentions politiques dans l’avenir, celui-ci soutient qu’il compte rester au niveau fédéral et assure qu’on le reverra. « J’aimerais avoir l’occasion de me prononcer sur les différents paliers et partis politiques à travers les médias, dans le cadre d’éditoriaux par exemple. »

 

 

En manchette

« On a besoin de quelqu’un qui nous ressemble »

Isabelle Houle isabelle.houle@tc.tc Publié le 19 octobre 2015

Paul Cloutier, Sylvain Charron et son épouse, Joanne Dauth lors du dévoilement des résultats électoraux dans Laurentides-Labelle.

©TC-Media Isabelle Houle


Sylvain Charron, candidat conservateur dans Laurentides-Labelle a quitté le Moe’s de Saint-Sauveur déçu de n’avoir récolté que 9% des votes, mais compte néanmoins rester actif dans le milieu.

« Je dois dire que je félicite M. Graham pour sa belle campagne, » affirme d’entrée de jeu Sylvain Charron.

Ce dernier le constate, le Québec demande du changement. « M. Harper a fait un bon travail, surtout au niveau économique. Toutefois, les gens ont parlé. Il y a toujours une place pour les conservateurs au Québec, mais on doit choisir quelqu’un qui nous ressemble, quelqu’un de l’Est peut-être.»

Questionné sur ses intentions politiques dans l’avenir, celui-ci soutient qu’il compte rester au niveau fédéral et assure qu’on le reverra. « J’aimerais avoir l’occasion de me prononcer sur les différents paliers et partis politiques à travers les médias, dans le cadre d’éditoriaux par exemple. »