Il y aura du ski de fond sur le Parc linéaire cet hiver

Eric Nicol eric.nicol@tc.tc Publié le 2 novembre 2015

Après quelques mois d’incertitude, on sait maintenant qu’il y aura à nouveau du ski de fond sur le Parc linéaire grâce à l’intervention de la MRC des Pays-d'en-Haut. De gauche à droite, le coordonnateur des activités hivernales, Jean-Sébastien Thibault, le préfet de la MRC Rivière-du-Nord, Bruno Laroche, le préfet de la MRC des Pays-d'en-Haut, Charles Garnier, le président de la Corporation du Parc linéaire, Clément Cardin et le directeur général de la MRC des Pays-d'en-Haut, Yvan Genest.

C’est maintenant officiel : il y aura à nouveau du ski de fond sur le Parc linéaire le P’tit Train du Nord cet hiver. La MRC des Pays-d'en-Haut a annoncé le 2 octobre qu’elle prenait en charge l’organisation des activités hivernales sur l’ancienne voie ferrée.

On se souvient qu’après avoir perdu les subventions destinées à l’entretien de sa piste cyclable, la Corporation du Parc linéaire a dû laisser de côté ses activités hivernales. Les élus de la MRC des Pays-d'en-Haut ont décidé de prendre le relais et de se concerter avec leurs voisins au nord et au sud, soit la MRC des Laurentides et celle de la Rivière-du-Nord.

« Il était important pour nous de sauver cette activité parce qu’elle a des retombées économiques importantes dans la région, d’autant plus que la portion la plus utilisée du P’tit Train du Nord se situe dans notre MRC, » a affirmé le préfet Charles Garnier.

Les skieurs pourront donc profiter d’une quarantaine de kilomètres entretenus entre la gare de Val-David et Saint-Jérôme (à l’intersection du boulevard des Hauteurs). Pour superviser ces activités hivernales, la MRC a engagé l’ex-propriétaire de la boutique Espresso Sports, Jean-Sébastien Thibault. « J’ai tellement reçu de ce parc que je veux lui redonner, a-t-il résumé. J’ai passé 17 années à travailler à 5 pieds de ce parc. Je connais les skieurs par leur nom, même par leur tuque, et je crois bien savoir ce qu’ils veulent. »

Le nouveau coordonnateur affirme vouloir améliorer la constance de l’entretien et la qualité de la piste. Il estime qu’un entretien rigoureux ne profite pas qu’aux initiés. « C’est d’abord pour les débutants : si on ne trace pas, les gens ne viennent pas », avance-t-il.

De Saint-Jérôme jusqu’à la gare de Prévost, l’entretien sera réalisé par l’équipement de la Ville de Saint-Jérôme alors qu’au nord, ce sera encore une fois Les Entreprises Claude Rodrigue qui damera et tracera le parcours. Jean-Sébastien Thibault entend lancer la saison de ski de fond le plus tôt possible, pour attirer les premiers skieurs. « Dès qu’il y aura 4 cm de neige, le premier damage sera fait par une motoneige, affirme-t-il. C’est la course à la première neige : si nous réussissons à attirer les premiers skieurs, il y a plus de chances qu’ils nous soient fidèles. »

Tarifs stables

Autre bonne nouvelle pour les skieurs, les tarifs ne seront pas en hausse cette année. Les abonnements de saison seront mis en vente cette semaine aux hôtels de ville de Piedmont, de Val-Morin et chez Espresso Sports à Sainte-Adèle.

Cette transition demandera toutefois une contribution supplémentaire du monde municipal. Le budget d’exploitation déposé par la MRC est de 187 000 $ et prévoit des revenus de 145 000 $ provenant de la vente de billets quotidiens et de saison. Le reste sera comblé par les trois MRC impliquées, a indiqué le directeur général de la MRC des Pays-d'en-Haut, Yvan Genest.

Marche, Fatbike et autres

La nouvelle organisation devra aussi se pencher sur le partage du parcours avec les autres activités comme la marche et le Fatbike. Jean-Sébastien Thibault affirme qu’il sera possible de tolérer ces vélos d’hiver sur certains segments pour permettre la connexion de réseaux de sentiers, mais pas davantage. Quant aux marcheurs, il estime qu’il faut les accepter et encadrer leur présence le mieux possible en leur réservant un corridor exclusif. Pour y arriver, des aménagements supplémentaires restent à faire dans certains secteurs. « Il faut que les marcheurs et les skieurs apprennent à se respecter », résume-t-il. 

Il y aura du ski de fond sur le Parc linéaire cet hiver

Eric Nicol eric.nicol@tc.tc Publié le 2 novembre 2015

Après quelques mois d’incertitude, on sait maintenant qu’il y aura à nouveau du ski de fond sur le Parc linéaire grâce à l’intervention de la MRC des Pays-d'en-Haut. De gauche à droite, le coordonnateur des activités hivernales, Jean-Sébastien Thibault, le préfet de la MRC Rivière-du-Nord, Bruno Laroche, le préfet de la MRC des Pays-d'en-Haut, Charles Garnier, le président de la Corporation du Parc linéaire, Clément Cardin et le directeur général de la MRC des Pays-d'en-Haut, Yvan Genest.


C’est maintenant officiel : il y aura à nouveau du ski de fond sur le Parc linéaire le P’tit Train du Nord cet hiver. La MRC des Pays-d'en-Haut a annoncé le 2 octobre qu’elle prenait en charge l’organisation des activités hivernales sur l’ancienne voie ferrée.

On se souvient qu’après avoir perdu les subventions destinées à l’entretien de sa piste cyclable, la Corporation du Parc linéaire a dû laisser de côté ses activités hivernales. Les élus de la MRC des Pays-d'en-Haut ont décidé de prendre le relais et de se concerter avec leurs voisins au nord et au sud, soit la MRC des Laurentides et celle de la Rivière-du-Nord.

« Il était important pour nous de sauver cette activité parce qu’elle a des retombées économiques importantes dans la région, d’autant plus que la portion la plus utilisée du P’tit Train du Nord se situe dans notre MRC, » a affirmé le préfet Charles Garnier.

Les skieurs pourront donc profiter d’une quarantaine de kilomètres entretenus entre la gare de Val-David et Saint-Jérôme (à l’intersection du boulevard des Hauteurs). Pour superviser ces activités hivernales, la MRC a engagé l’ex-propriétaire de la boutique Espresso Sports, Jean-Sébastien Thibault. « J’ai tellement reçu de ce parc que je veux lui redonner, a-t-il résumé. J’ai passé 17 années à travailler à 5 pieds de ce parc. Je connais les skieurs par leur nom, même par leur tuque, et je crois bien savoir ce qu’ils veulent. »

Le nouveau coordonnateur affirme vouloir améliorer la constance de l’entretien et la qualité de la piste. Il estime qu’un entretien rigoureux ne profite pas qu’aux initiés. « C’est d’abord pour les débutants : si on ne trace pas, les gens ne viennent pas », avance-t-il.

De Saint-Jérôme jusqu’à la gare de Prévost, l’entretien sera réalisé par l’équipement de la Ville de Saint-Jérôme alors qu’au nord, ce sera encore une fois Les Entreprises Claude Rodrigue qui damera et tracera le parcours. Jean-Sébastien Thibault entend lancer la saison de ski de fond le plus tôt possible, pour attirer les premiers skieurs. « Dès qu’il y aura 4 cm de neige, le premier damage sera fait par une motoneige, affirme-t-il. C’est la course à la première neige : si nous réussissons à attirer les premiers skieurs, il y a plus de chances qu’ils nous soient fidèles. »

Tarifs stables

Autre bonne nouvelle pour les skieurs, les tarifs ne seront pas en hausse cette année. Les abonnements de saison seront mis en vente cette semaine aux hôtels de ville de Piedmont, de Val-Morin et chez Espresso Sports à Sainte-Adèle.

Cette transition demandera toutefois une contribution supplémentaire du monde municipal. Le budget d’exploitation déposé par la MRC est de 187 000 $ et prévoit des revenus de 145 000 $ provenant de la vente de billets quotidiens et de saison. Le reste sera comblé par les trois MRC impliquées, a indiqué le directeur général de la MRC des Pays-d'en-Haut, Yvan Genest.

Marche, Fatbike et autres

La nouvelle organisation devra aussi se pencher sur le partage du parcours avec les autres activités comme la marche et le Fatbike. Jean-Sébastien Thibault affirme qu’il sera possible de tolérer ces vélos d’hiver sur certains segments pour permettre la connexion de réseaux de sentiers, mais pas davantage. Quant aux marcheurs, il estime qu’il faut les accepter et encadrer leur présence le mieux possible en leur réservant un corridor exclusif. Pour y arriver, des aménagements supplémentaires restent à faire dans certains secteurs. « Il faut que les marcheurs et les skieurs apprennent à se respecter », résume-t-il.